top of page

J'ai commencé la musculation pour être bonne, j'ai continué pour être forte

Dernière mise à jour : 8 mai 2020

Contrairement à ce que le titre de l’article semble indiquer, il ne s’adresse pas qu’aux femmes. C’est parce qu’il retranscrit ma propre histoire que je l’ai nommé ainsi, mais j’aurai pu écrire « j’ai commencé la muscu pour être trop frais, j’ai continué pour être fort ».

Ce n’est pas une règle universelle, mais c’est certainement une raison généralement vécue que l’on se met au sport (à la muscu en particulier) pour être fier/ère de son corps. On se sent trop gros/se, trop maigre, trop mou/molle, pas assez musclé/e, pas assez de fesses, pas assez de bras etc. et l’on finit par s’inscrire en salle dans le but de changer son corps.

Le problème est que si c’est là notre seule motivation, si c’est la seule raison qui fait qu’on va à la salle, elle ne tiendra jamais personne à la salle assez longtemps pour lui apporter les résultats escomptés. Les résultats ne se feront voir et apprécier qu’après de longs mois passés à suer avec les barres, qu’avec une rigueur dans la pratique que le seul désir d’être bien gaulé/e ne suffit pas à entretenir.

Par ailleurs, si l’on pratique un sport simplement pour se construire un corps qui correspond aux critères de beauté socialement admis, on peut rencontrer une grande déception : les résultats ne seront pas à la hauteur de nos attentes, tout simplement parce que nos attentes correspondent à des idéaux normés et non pas à la réalité de ce qu’est notre propre corps. On veut un 6 packs mais notre génétique ne nous permet que d’avoir un 4 packs, eh bien on n'aura jamais de 6 packs ; on veut des biceps qui font tout notre humérus mais nos biceps sont courts, on ne pourra rien y changer car on ne fait pas pousser du muscle là où il n’y en n’a pas ; on veut un fessier énorme et des cuisses très fines, ça va être compliqué dans la mesure où un fessier énorme est un fessier assez gras (bien qu’il puisse être musclé, mais un fessier seulement musclé est un fessier sec, donc pour un gros fessier, il faut du gras) et que le gras ne se loge pas là où on le lui indique.

Et puis en fait, ça sert à quoi d’être frais/fraiche ? À se plaire, c’est clair, c’est important ! À se sentir bien dans son corps, bien avec autrui, nous n’en doutons pas !

Mais ça ne serait pas plus utile d’être fort/e avant tout ?




Je vais revenir à ma propre histoire simplement pour vous amener à considérer les choses peut être sous un autre angle…

J’ai commencé la muscu parce qu’après une blessure au genou et des années de beuveries, mon corps était devenu mou et inconfortable. Je n’étais pas à l’aise non seulement physiquement, mais aussi dans mes déplacements : j’avais la flemme de faire des choses parce que bouger était fatiguant pour mon corps.

J’ai donc commencé la muscu en pouvant difficilement travailler les jambes car mon genou n’était pas rétabli. J’ai alors mis l’accent sur le haut du corps. Les tractions ont été le premier exo que j’ai essayé. J’avais toujours vu des mecs faire des tractions dans les films ou dans la vraie vie, mais rarement des meufs. Alors quand j’ai passé ma première traction à l’élastique, j’ai découvert une sensation jusqu’alors inconnue, celle de porter mon propre corps. Je me suis sentie forte et je me suis mise à rêver : « si un jour moi aussi j’y arrivais sans élastique, si un jour je pouvais être la personne qui, pour se la péter, arrivait sur un terrain avec des barres de tractions et tapait des tractions comme si c’était facile ». Cette idée de pouvoir un jour faire des tractions avec facilité et d’être remarquée pour cela m’a conduit à les bosser avec acharnement. Mon désir n’était déjà plus d’être remarquée pour une shape qui serait devenue conforme aux critères de beauté avec la musuc, pour mes fessiers rebondis par exemple, je m’en tapais de mon boule, je voulais juste faire des tractions et que les gens m’admirent pour ça.

De fil en aiguille, pratiquant de plus en plus souvent la musculation, faisant des exo divers et variés, testant des méthodes d’entrainement et trouvant des compagnon.ne.s de galère, j’ai commencé à tout aimer dans ce sport : la technique que ça demande, la rigueur, le cadre de vie que ça impose, les connaissances que ça requiert. C’est devenu une passion, c’est devenu ma vie entière.

En même temps, plus le temps passait moins la coïncidence avec les normes de beauté m’intéressait. J’ai par exemple perdu des seins parce que j’ai perdu du gras, j’ai donc clairement plus de pecs que de seins et je m’en tape, parce que je peux faire du bench et que mon but est devenu la performance, non l’apparence. Ce qui m’intéresse ce n’est pas d’être gaulée, ce qui m’intéresse c’est de progresser.

J’ai donc commencé la muscu pour être bonne, je continue à présent pour être forte.

Calmez-vous tout de suite, je vous vois venir : on ne devient pas Schwarzenegger juste comme ça, je n’aurai jamais le physique de Stefi Cohen non plus, mon corps ne va pas changer radicalement. Il se muscle simplement à mesure que mes charges augmentent et mes chargent augmentent à mesure que mon corps se muscle. C’est là ma seule motivation. Savoir que je peux à présent porter des choses aussi lourdes que moi sur mes épaules, que je peux sauver ma peau si un jour je me retrouve suspendue dans le vide à une branche d’arbre, que je peux pousser des meubles lourds, que je n’ai besoin de personne pour faire des choses, c’est tout ce qui compte.




Alors vous aussi, qui commencez la musculation, ou qui commencez un sport quel qu’il soit, en vous disant « oh, c’est le début de l’année, il faut prendre de bonnes résolutions et se mettre au sport, perdre ma bouée, changer mon physique de crevette etc. », vous savez d’avance que c’est perdu. Vous devez trouver une motivation supérieure à celle que les normes sociales nous imposent.

La pratique d’un sport, de la musculation, ne doit pas être faite par pression sociale. Votre raison d’agir doit être intrinsèque, en vous, en vous uniquement.


C’est aussi dans cet état d’esprit que je guide mes coaché.e.s, je souhaite les amener à avoir un regard bienveillant envers eux.elles-mêmes et leur faire prendre conscience de tout ce que peut leur corps. Les rendre plus fort.e.s, les rendre fier.ère.s d'eux.d'elles de pouvoir faire des choses dont ils.elles se pensaient incapables avant, les guider vers un mieux être général 🔥.


J'espère que la lecture de cet article vous permettra de trouver en vous des raisons durables pour pratiquer la musculation ! Je vous dis à bientôt pour un prochain article 😊 !





360 vues5 commentaires

Posts récents

Voir tout
bottom of page